Skip to content
Please check an answer for every question.
Paramétrage des cookies

Total peut déposer les catégories suivantes de cookies : cookies pour les statistiques, la publicité ciblée et les réseaux sociaux. Vous avez la possibilité de désactiver ces cookies, ces paramètres ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.

L'activation de cette catégorie de cookies vous permet d'établir des statistiques de trafic sur le site. Leur désactivation nous empêche de surveiller et d'améliorer la qualité de nos services.
Notre site Web peut contenir des boutons de partage vers des réseaux sociaux qui vous permettent de partager notre contenu sur ces réseaux sociaux. Lorsque vous utilisez ces boutons de partage, un lien est établi vers les serveurs de ces réseaux sociaux et un témoin tiers est installé après avoir obtenu votre consentement.
L'activation de cette catégorie de cookies permet à nos partenaires d'afficher des annonces plus pertinentes en fonction de votre navigation et de votre profil client. Ce choix n'a aucune incidence sur le volume de publicité.

Le 21 septembre 2001

Une explosion d’origine inconnue

Le 21 septembre 2001 au matin, une explosion s’est produite dans le bâtiment 221 de l’usine AZF de Toulouse, qui contenait environ 300 tonnes de nitrate d’ammonium.

Ces produits étaient stockés en attente d’expédition vers d’autres usines du Groupe, où ils étaient utilisés pour la fabrication d’engrais composés.

À cet emplacement, l’explosion a creusé un cratère de plusieurs dizaines de mètres de long. Le bruit de l’explosion a été perçu jusqu’à plus de 40 km de Toulouse.

L’explosion a provoqué la mort de 31 personnes, dont 21 travaillant au sein de l’usine AZF. Plus de 4 500 blessés ont été rapidement recensés. 27 000 structures immobilières ont été endommagées ou détruites aux alentours de l’usine.

À ce jour, aucune des enquêtes menées n’a permis de déterminer la cause  de la catastrophe.

La sécurisation du site

Dans les heures et les jours qui ont suivi la catastrophe, les objectifs prioritaires des sauveteurs, des autorités et de Grande Paroisse ont consisté à porter assistance aux blessés, à rechercher les victimes ainsi que l’ensemble des salariés et des personnes présentes sur le site, tout en évitant un sur-évènement en procédant à la mise en sécurité de l’usine.

Les opérations de sécurisation du site ont été engagées pour leur part dès le 22 septembre 2001. Elles ont fait l’objet de procédures spécifiques et ont été effectuées en collaboration avec les autorités compétentes qui ont ordonné la suspension immédiate de toutes les activités. Ces opérations ont concerné, en particulier, l’évacuation des matières présentes sur le site, pour la plupart des produits commerciaux (ammoniac, chlore, soude, acide nitrique, solution de nitrate d’ammonium, urée en vrac et produits chlorés conditionnés).

Par ailleurs, d’autres opérations ont été conduites :

  • Travaux de mise en sécurité des bâtiments touchés,
  • Déblaiement des voies de circulation au sein du site,
  • Reconstruction des clôtures endommagées.